Dma 2011

Un fauteuil en fibre de carbone inspiré de l’art déco

Pierre Renart

Entre tradition et modernité, reproduction et innovation, Pierre Renart présente une paire de fauteuil, réalisée à l’école Boulle à Paris dans le cadre de son diplôme.

« Puiser dans le passé pour créer le présent et envisager l’avenir », voici comment ce jeune étudiant exprime sa démarche. Le moins que l’on puisse dire est que Pierre Renart n’a pas choisi la facilité car il a réalisé deux fauteuils relevant d’une réflexion commune mais possédant chacun leurs propres singularités. L’ensemble du projet a duré un an et demi depuis les premières esquisses jusqu’au jury final qui a salué la performance réalisé par l’étudiant en lui permettant de devenir major de sa promotion avec la note de 20/20.

Copier la tradition pour apprendre

Dans un premier temps, Pierre a choisi de s’essayer au difficile exercice de la copie de style en réalisant une copie conforme d’un fauteuil de style art déco qui avait était créé en 1933 par un professeur de l’école pour le concours des « Meilleurs Ouvrier de France ». Ce fauteuil très emblématique dans le métier de la menuiserie en sièges (fabrication des structures de sièges en bois), représente une certaine apogée de la tradition par la complexité technique qu’il représente aussi bien dans le tracé du plan à l’échelle 1 que dans la fabrication en elle-même.

Utiliser la modernité pour entreprendre

Dans un second temps, il en a réalisé une transcription contemporaine en conservant le volume global et les proportions du fauteuil art déco mais en lui donnant une ligne résolument contemporaine. Sa réflexion s’est également portée sur le choix des matériaux, si dans les années 30 les créateurs comme Ruhlmann utilisaient le contraste offert par des matières précieuses comme l’ébène et l’ivoire, aujourd’hui en 2011, Pierre a choisi de garder ce contraste noir et blanc en utilisant de la fibre de carbone et du corian. Ces matériaux contemporains sont aussi précieux, la fibre de carbone est utilisée dans le secteur de l’aéronautique et du sport à haut niveau et le corian est utilisé dans l’univers de l’agencement du luxe. Les performances mécaniques offertes par la fibre de carbone permettent d’imaginer des formes beaucoup plus légères et beaucoup plus audacieuses, les technologies actuelles ouvrent de nouveaux champs pour la création aujourd’hui en allant vers des formes qui étaient impossibles à réalisés techniquement dans les années 30.

Le dessin même du fauteuil soulevant d’importantes contraintes mécaniques, il a fallu toute la ténacité de l’étudiant et l’utilisation d’outils de haute technologie comme des machines à commande numérique et de découpe laser pour parvenir à de bons résultats. La performance technique était de taille, il fallait arriver à maîtriser des matériaux que l’on a peu l’habitude d’utiliser dans l’atelier de menuiserie en sièges à l’école Boulle et qui relèvent plus d’une mise en œuvre industrielle qu’artisanale. Mais le résultat était au rendez-vous et le jury a été impressionné par la qualité de la proposition de l’étudiant. C’est de la rencontre entre la tradition et la modernité qu’est né ce projet, la connaissance de la tradition des métiers d’arts alliée à celle des matériaux contemporains a permis à ce jeune Boulliste de concevoir et de fabriquer ses deux fauteuils. Suite aux portes ouvertes de l’école, Pierre a déjà des idées et des contacts pour donner suite à son projet : envisager une nouvelle fabrication pour répondre à des commandes de ce fauteuil en carbone...

Pour plus d’informations contacter pierre.renart@bbox.fr et regarder son site www.pierre-renart.com