Madeleine PELLERIN

Promotion 2018
E-mail :

LE PROJET

Échappée[s]

L’ approche de la notion de paysage au fil de l’écriture du mémoire m’a permis de comprendre ses origines et de le redéfinir. Le paysage n’est pas une simple « vue », ni un fragment de nature visible depuis un point de vue élevé. Le paysage n’existe pas en soi, tel un objet, mais bien dans sa relation avec l’homme. Le paysage n’existe pas hors de nous mais existe lorsqu’il est perçu in-situ par l’ensemble de nos sens.
 
Située à la confluence de la Seine et de l’Yerres et enserrée entre le coteau, la route nationale 6 et la voie ferrée, Villeneuve-Saint-Georges semble aujourd’hui étouffer. Si l’engorgement des flux, la dégradation et l’insalubrité marquent fortement la partie basse de la ville, les hauteurs du coteau en révèlent un autre visage. Par la marche, qui met les sens aux aguets, on découvre des « échappées » qui permettent d’éprouver pleinement le paysage Villeneuvois. Le projet souligne cette expérience paysagère pour opérer, progressivement, une réestimation de la ville par ses habitants. Huit installations ponctuent le coteau. Indices d’orientation et d’usage, elles sont chacune le départ, l’étape ou l’arrivée de divers parcours repérés. Définies par trois typologies de forme dont la matérialité minérale et colorée semble issue du territoire, leur fabrication est envisagée comme un temps de partage autour de savoir-faire locaux tels que la confection de carreaux de céramique.